Bafing: le ministre des mines installé le CDLM et lui remet un chèque de 35 millions…

Le ministre des mines va en guerre contre l’orpaillage clandestins…. Après Bonikro (Divo) en septembre, Sissingué (Tengrela) en octobre c’est au tour de Fougbesso (Touba) qui a vu son Comité de Développement Local Minier (CDLM) installé, le vendredi 16 novembre 2018, par le ministre des mines et la géologie, Jean Claude Koumassi.

Avec comme objectif, le développement local, qui procure aux populations riveraines de l’activité minière, des conditions de vie plus décentes, un plus être et un mieux être. C’est pourquoi il a été institué le Comité de Développement Local Minier (CDLM) dans chaque exploitation minière industrielle, par application de la loi N 2014- 138 du 24 mars 2014 portant code minier.

Ce Comité à pour mission d’élaborer et de mettre en oeuvre un plan de développement local minier au service du meilleur intérêt des populations visées par l’intérêt <<(…) vous mesurez, chers membres du comité de développement local minier de Foungbesso, le poids de vos responsabilités et l’obligations de résultats qui est désormais la votre.

Vous n’avez pas le droit de décevoir les attentes légitimes de nos braves populations qui ont accepté de céder leurs terres pour les besoins de l’activité de la mine de nickel de Foungbesso, Moyango et Viala.Il vous faut favoriser la création d’emplois pour tous, y compris pour les plus vulnérables, pour les femmes et pour les jeunes.

Il vous faut donc sélectionner et financer les projets les mieux structurés et les plus porteurs dans l’intérêt de nos parents, de nos sœurs et de nos frères…

Dans l’accomplissement de cette noble mission, ayez pour repère et pour guide l’intérêt général, c’est à dire l’intérêt de tous, au détriment des intérêts égoïstes et partisans. Ce fesant, sachez que vous pourrez toujours compter sur nos conseils et nos orientations, en vue garantir, à votre mission, le succès qu’elle mérite et les résultats que nous attendons tous >> déclare le ministre des mines et de la géologie, Jean Claude Kouassi.

Selon le ministre, pour que le comité de développement local minier remplisse pleinement sa mission il lui faut garantir à la Compagnie Minière du Bafing (CMB),les conditions d’une exploitation optimale de la mine de Nickel de Foungbesso, Moyango et Viala.Pour ce faire, il convient d’engager une lutte commune contre l’orpaillage clandestin qui nuit aux exploitations minières légales, détruit notre environnement, menace la qualité de vie dans nos villages ainsi que l’avenir de nos enfants et petits enfants.

C’est pourquoi le ministre de tutel vient de créer une brigade dédiée à la répression de l’orpaillage clandestin et l’ensemble des infractions au code minier. Elle sera dotée de drones et de moyens de surveillances satellitaire dans le but de mieux surveiller et de mieux contrôler l’ensemble des sites miniers.

A cela s’ajoute l’ouverture, par la Sodemi, à Bozi (Bouaflé) de chantiers- écoles dédiés à la formation des artisans miniers. Ces chantiers -écoles ont pour objectif de former à l’exploitation minière artisanale et semi- industrielle.

Notons que depuis avril 2017, la mine de Foungbesso est rentrée en production avec un résultat encourageant de 379.766 tonnes de minerai extrait en 2017. Les réserves globales de cette mine sont évaluées à près de 60 millions de tonnes aux quelles s’ajoutent des perspectives encourageantes qui autorisent à penser que la durée de vie de la mine fixée, à ce jour,à vingt(20) ans, pourrait s’allonger d’avantage.

<< (…) si pour cette première phase vous aviez investi près de 135 milliards avec a la clé, la création de 250 emplois, votre mine est dans un proche avenir, appelée à se développer pour s’enrichir d’une usine de frittage, avec comme objectif de produire et traiter d’avantage de minerai dans l’intérêt bien compris de la Compagnie Minière du Bafing, des populations riveraines et de l’État de Côte d’Ivoire >> fait remarquer le ministre Jean Claude Kouassi.

C’est pourquoi engage t’il, l’initiation, dès maintenant, des études techniques, économiques et financières qui permettront de relever ce challenge dans les meilleurs délais. Le Comité de Développement Local Minier (CDLM) de 48 membres est présidé par le préfet de région du Bafing, Benoît Yao Kouakou.

Celui ci a pour la circonstance reçu un chèque de 35 millions pour la mise en oeuvre des projets de développement. Notons que le ministre Jean Claude Kouassi avait à ses côtés Albert Mabri Toikeusse, ministre l’enseignement supérieure et la recherche scientifique, par ailleurs président du conseil régional du Tonpki.

Doumbia Balla Moïse

 

À propos Wilson Brou