Les acteurs de la série ‘’invisible’’ posant avec les officiels.

Cinéma / La série ’’INVISIBLES’’ désormais aux abonnés de Canal +

Bonne nouvelle pour les abonnés de Canal+ Afrique, car ils découvriront la série fiction ’’Invisibles’’, une première création originale du groupe français à compter du lundi 29 octobre 2018.

Cette série co-produite par Canal+ International et produite par TSK Studio a été projetée en avant-première le mardi 23 octobre au cinéma Majestic de Prima Center en présence de la première Dame Mme Dominique Ouattara, marraine de la cérémonie, de Maurice Bandama, ministre de la Culture et de la Francophonie, d‘Aziz Diallo, directeur général de Canal+ Côte d’Ivoire.

A la fin de cette projection avant-première qui a drainé du monde, Mme Dominique Ouattara a exprimé ses sentiments. « Cette série a été tournée de façon magistrale, je tenais à féliciter le réalisateur Alex Ogou et tous les acteurs. Je suis très fière parce que c’est une série ivoirienne », a-t-elle indiqué toute émue.

Pour sa part, Aziz Diallo a mis en lumière l’importance de la Côte d’Ivoire dans le projet cinématographique du groupe Vivendi, dont son entreprise fait partie.

« Cette série ambitieuse par son thème et sa production de grande ampleur 100% africaine, Invisibles marque ainsi le lancement de Canal+ Original, label désignant des fictions innovantes et audacieuses, réalisées et interprétées par de grands talents africains », a-t-il révélé.

Réalisée par l’Ivoirien Alex Ogou, la série retrace le parcours initiatique de Chaka et sa grande-sœur Hadjara qui du jour au lendemain décident de quitter leurs parents endettés.

La jeune fille trouve un travail, mais Chaka trop jeune pour travailler, se laisse entrainer par son ami Timo dans une bande où vandalisme et violence sont les maîtres mots. Alors qu’Hadjara tente de sauver son frère de la délinquance, une lutte impitoyable est lancée entre Chaka et son chef de bande.

Cette série de format de 10 épisodes de 52 minutes, plonge le téléspectateur dans un triller de société où des enfants délinquants s’organisent en bandes ultraviolentes pour survivre.

Ce film met en perspective un phénomène social à échelle mondiale autour d’une jeunesse désorientée qui lutte pour une vie meilleure. Notons que cette série a bénéficié du soutien du fonds image de la francophonie (OIF) et de l’accompagnement de l’Agence Française de Développement Medias (CFI).

M.T