Crise au BURIDA: Irène Viera appelle les artistes à préserver l’image et les acquis du BURIDA

La directrice générale du Bureau ivoirien du droit d’auteur (BURIDA), Irène Virera,  a reçu, le jeudi 15 novembre 2018 dans ses locaux sis au 2plateaux, les journalistes culturels de Côte-d’Ivoire, conduit par le nouveau président fraîchement élu, Philippe Kla.

D’entrée de jeu, le président de l’Union des Journalistes Culturels de Côte d’Ivoire (l’UJOCCI), Philippe Kla, a donné les raisons de la rencontre tant suscité par l’Union qu’il préside. << Depuis quelques mois le burida est secoué par une crise, d’où notre désir de nous enquérir des nouvelle de la maison.

C’est pourquoi nous avons sollicité une rencontre avec Mme la Directrice afin d’éclairer la l’entée de tous, sans toute fois pendre partie. >>, A t-il déclaré.

Prenant la parole à son tour la DG du Burida, a remercié l’ensemble des journalistes pour leurs présence, avant bien-sûr de se prononcé sur la situation qui prévaut dans la maison.

« Aujourd’hui, nous abordons le développement du BURIDA et nous sommes encouragés par tous nos partenaires. Il n’est pas bon que pour de fausses accusations ou pour des textes qui sont lus à l’envers, tout soit mis à plat. Les artistes du BURIDA doivent se rencontrer sur l’essentiel. », A invité Mme Virera.

Selon Mme Viera, le BURIDA est sorti de son déficit. « Depuis 2017, nous avons non seulement équilibré les comptes, mais nous avons fait un résultat excédentaire. Nous avons dégagé un excédent de 116 millions de FCFA », a-t-elle expliqué, se défendant des accusations de mauvaise gestion d’une quinzaine d’artistes.

Concernant la répartition attribuée aux artistes, Mme Viera, affirme que « plus d’un milliard FCFA a été distribué et 144 artistes perçoivent entre un et vingt-deux millions FCFA ». Tout en disant que les méthodes de calcul son disponible et  accessible aux artisnulle .

Pour conclure elle a  rappelé les enjeux sur lesquels doivent se concentrer les artistes, pour ne pas mettre en péril les acquis, notamment le cas du numérique.

Irène Viera, confiante de sa bonne gestion, attend avec sérénité les résultats de  l’audit en cours, de cette institution dirigée par l’inspection généracours, État qui est.

Patrick kouamien

À propos Wilson Brou