Douze femmes porteuses de fistules soulagés financièrement après guérison à San-Pedro

La fistule obstétricale reste la morbidité la moins prise en charge, malgré son impact sur la femme, la famille et la société. Dans le département de San-Pedro, les travailleurs sociaux, les ONG jouent un rôle important à aider les porteuses de fistules à s’adapter et à faire face aux problèmes liés à leur maladie.

C’est conscient de cet état de fait que l’antenne régionale de l’association ivoirienne pour le bien-être familial (AIBEF) et l’ONG Aprosam entendent doper les engagements, notamment avec l’aide de l’Unfpa, pour mieux contenir cette maladie par des mesures de prévention sur les causes, la création des conditions de prise en charge des patientes et leur insertion professionnelle.

Douze femmes atteintes de fistules obstétricales ont subi des interventions chirurgicales, sans bourse déliée au cente d’hospitalisation régional (CHR) de San-Pedro.

C’est l’organisation des nations unies pour la population (Unfpa) et l’ONG Coréenne Korea International Cooperation Agency (Koici) qui ont bien compris de se donner la main autour des porteuses de fistules pour que ces bonnes dames recouvrent la santé et puissent revivre en harmonie dans leurs familles.

Une cérémonie de remise de kits de dignité en leur faveur a été organisée, samedi dernier, dans les locaux de l’AIBEF, en présence des autorités locales, sanitaires et coutumières. Ces kits d’appui d’un montant de 50.000 FCFA chacune à leurs activités génératrices de revenus sont composés entre autres de gamme de produits cosmétiques, de la vente de jus, des mèches à tisser, de la restauration, des vêtements, etc.

A en croire Koné Généviève, coordonnatrice régionale Aibef San-Pedro, ces dames dont la plupart proviennent des villages communaux ont été pour la plupart recensées par les agents communautaires qui avaient en charge le volet de sensibilisation. Selon elle, l’Aibef encourage vivement les femmes qui souffriraient dans le silence de cette maladie qu’est la fistule. Fort heureusement leur désespoir a été perçu par des bailleurs de fonds à savoir Koici, l’agence internationale coréenne de coopération et le fonds des nations-unies pour la population (Unfpa).

 » Je vous encourage à vaincre la stigmatisation, a exploité au mieux les kits qui vous sont réunis et contribuer au rayonnement socio-économique de vos familles respectives  » a souhaité la coordonnatrice régionale de l’Aibef.

A cet effet, les représentants respectifs du maire et du directeur régional de la santé et de l’hygiène publique ont salué l’engagement des uns et des autres dans la lutte contre la fistule dans le département de San-Pedro.

Pour N’dri Roger, directeur régional de la santé souligne t-il, la sensibilisation reste l’un des moyens les plus sûrs pour arriver à faire reculer la maladie qui gagne du terrain dans la région.

 » Chères sœurs, vous êtes des témoins vivant que à l’hôpital on peut retrouver la santé. Passez l’information aux populations pour qu’elles puissent fréquenter nos structures sanitaires.

Évitez de confier votre santé à des personnes se réclamant des médecins qui font des choses qui ne sont pas bon pour la santé de l’homme. Venez dans les districts sanitaires, centres de santé ou le gouvernement a mis des gens qu’il a formé rien que pour vous  » a souligné le DR de la santé.

Des témoignages édifiants des ex-fistuleuses tout comme l’élève en classe de 3è, Mlle Kouassi Solange (21 ans) a remercié les initiateurs du projet pour la guérison obtenue, lui permettant de reprendre le chemin de l’école cette année.

MC Blé Blé, Correspondant