Éradication mondiale de la poliomyélite / Le Rotary international appelle à une vigilance accrue

Éradication mondiale de la poliomyélite / Le Rotary international appelle à une vigilance accrue

Attirer l’attention des populations sur l’urgence et sensibiliser le public sur les derniers défis à relever en vue d’atteindre l’objectif d’un monde définitivement libre de polio.

Tel est le but visé par la marche de sensibilisation, la projection de film et le panel initié le vendredi 26 octobre 2018 par les Rotariens d’Abidjan à Cocody. Dans le cadre de la Journée mondiale contre la polio, célébré le 24 octobre de chaque année.

A cette occasion, Dr Guy Daipo, pharmacien, président de la commission Rotary polio, a traduit la détermination des rotariens à en finir avec cette pathologie dans le monde, en accentuant les efforts au Pakistan, en Afghanistan et au Nigeria. C’est pourquoi il a exhorté les États à demeurer vigilant.

Éradication mondiale de la poliomyélite / Le Rotary international appelle à une vigilance accrue

« Aucun cas n’a été enregistré en Côte d’ivoire depuis 2011. Mais nous devons rester vigilants pour mobiliser les financements. Tant que virus ne sera pas éradiqué les enfants du monde seront en danger » a-t-il prévenu.

Marie-Irène Richmond dynamique vice-gouverneur du district 9101, au nom des 1,2 million de rotariens des 35.000 clubs du monde, a surtout rendu un hommage soutenu aux bénévoles et volontaires assassinés en Côte d’Ivoire, dans cette lutte.

« Nous sommes condamnés à réussir pour honorer leur mémoire. De 1000 cas par jour dans le monde, on est à 27 cas par jour » a insisté l’amazone anti polio en présence de nombreux rotariens au rang desquels Pr Constant Roux, Christophe Koréki.

A cette occasion, Pr Daniel Ekra, directeur-coordonnateur du Programme élargie de vaccination(Pev). Dr Linda Woï Méssé de l’Unicef a traduit la volonté de son institution de poursuivre son appui logistique.

Représentant le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, M. Soro, remerciant le Rotary pour son aide, a rester en alerte, car, dira-t-il, malgré les efforts consentis, beaucoup rester encore à faire, afin d’éviter une réinfection des enfants de Côte d’Ivoire.

SERGE BROU