Yamoussoukro / Diaby Abdoulaye alias" Parizy"  « Yamoussoukro mérite deux communes »

Yamoussoukro / Diaby Abdoulaye alias" Parizy" « Yamoussoukro mérite deux communes »

M. Diaby Abdoulaye, président de l’Association des jeunes pour le développement de Yamoussoukro(AJDY) était à son domicile, face à la presse, ce jeudi 03 Janvier 2019, en fin de matinée.


Pour dire sa part de vérité quant à la gestion de la commune de la capitale politique ivoirienne. Selon le neveu, l’ex-premier ministre Charles Konan Banny, la cité chère au père fondateur ne reflète plus la vision du président Félix Houphouët Boigny.


«  Ce que nous vivons à Yamoussoukro, ce n’est pas facile à vivre.   Une  très grande frustration qui s’est installée depuis la mort de Félix Houphouët Boigny. Ce qui n’était pas le cas  à son époque,  dans la ville. Cette situation n’honore pas les enfants de  Yamoussoukro » a-t-il dénoncé.


Selon lui, il faut revenir aux enseignements du président Félix Houphouët Boigny. A savoir, rassembler les enfants de cette ville, sans distinction d’ethnies, de  religions ni de partis politiques. Poursuivant, il a fustigé aussi, la gestion de la commune par l’équipe actuelle conduite par le maire Gnranbgé Kouadio Jean « Malgré, le budget de trois milliards de francs du conseil municipal, la commune connaît aujourd’hui, une dégradation très avancée  » a-t-il dénoncé.


« Les animateurs de la ville ont oubliés l’essentiel, pour se donner querelles inutiles » a-t-il dit. Pour  lui, il faut  un plan spécial à la ville de Yamoussoukro, afin de donner à cette ville son lustre d’antan. Pour révéler ce défi, il propose  que la ville soit scindée en deux communes.


« Toutes les infrastructures de base sont réunies pour la création de cette deuxième commune. Et la population ne cesse d’augmenter  .Nous avons de grands quartiers  qui ont été crées dans la ville.


Le besoin est pressant  » a-t-il indiqué. Pour terminer, il a lancé un appel pressant au Président de la République SEM. Alassane Ouattara à voir une oreille attentive  sur  cette doléance.    


Sercom





Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Commentaires:

Aucun commentaire n'a été publié... Soyez le premier!