La 1ère édition du "Badjouhounan" se tiendra du 22 au 31 décembre en pays Wé à l'ouest de la Côte d'Ivoire

La 1ère édition du "Badjouhounan" se tiendra du 22 au 31 décembre en pays Wé à l'ouest de la Côte d'Ivoire

Animant une conférence de presse le 11 décembre 2018 à Cocody, le président du comité d'organisation (PCO) Narcisse Tehoué a annoncé les débuts des festivités de la première édition du "Badjouhounan" dans le département de Facobly à Tieny-Seably une sous préfecture à l'ouest de la Côte d'Ivoire.

 

«A l’image du Christ qui apporte la lumière au monde par sa naissance, dans le mois de décembre, ‘‘Badjouhonan’’, doit permettre à tous les fils et filles Wê, résidents en Côte d’Ivoire et dans la diaspora, de se retrouver pendant les congés de Noël de chaque année pour célébrer l’union, la solidarité, la fraternité et apporter la joie », a affirmé Narcisse Téhoué, président du comité d’organisation.

 

En effet selon les organisateurs, ces festivités permettront de valoriser le patrimoine culturelle du peuple Wé à travers ses langues, sa gastronomie et ses sculptures. Pour Narcisse Tehoue le "Badjouhounan" serviras de cadre d'expressions et d'affirmations de ce peuple de l'ouest de la Côte d'Ivoire et de poursuivre que cette fête sera célébré chaque années pendant les congés de Noël afin de renforcer les liens d'amours et de Fraternités des fils et cadres du peuple Wê.

 

Plusieurs activités meubleront ces festivités à savoir les courses de masques, les compétitions de lutte traditionnelles, les concours gastronomiques dans la pure tradition culinaire Wê. Il est prévu également des causeries-débats sur des thématiques relatives à la jeunesse et au développement du village, des jeux, chants et danses aussi bien traditionnels que modernes.

 

Ces festivités permettrons de faire connaître le "Badjouhounan" à l'ensemble des Ivoiriens. En effet le "Badjouhounan" est un concept qui se défini comme le lieu où l’on se lie d’amitié avec d’autres personnes, voire d’autres peuples, ou encore le moment où l’on apprend à se connaitre, est un concept voulu et créer par des jeunes Wê

 

<< Adjouhoba minké djé aidjé ouliê timoussié », une phrase Wê qui signifie « apprenons à nous connaitre d’abord avant toute considération d’aisance sociale >> a conclu Narcisse Tehoue en guise de mobilisation.




 

Akinbola Djamal

 





Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Commentaires:

Aucun commentaire n'a été publié... Soyez le premier!