Charles Lago Donwahi (Délégué général de Concorde en France) : « Celui qui n’est pas avec nous s’écarte de  la sagesse »

Charles Lago Donwahi (Délégué général de Concorde en France) : « Celui qui n’est pas avec nous s’écarte de la sagesse »

Présent à Abidjan pour le Congrès constitutif du parti unifié  RHDP, Charles Lago Donwahi, le premier responsable du tout nouveau parti d’Alcide Djédjé,  dans l’hexagone n’a pas été tendre avec les opposants au projet du président Ouattara. Pour  le cadre de Concorde, tous  les Ivoiriens épris de paix doivent s’approprier ce grand parti garant du développement de la Côte d’Ivoire.    



  1. Donwahi, le Congrès pour la consolidation de la République et le développement (Concorde), votre parti qui vient à peine de voir le jour s’inscrit dans la vision du RHDP. Quel est le message que vous avez lancé à l’endroit de vos partisans qui doivent prendre une part active au Congrès du 26 janvier ?


Aujourd’hui on a une droite libérale qui  est en train d’être constituée que nous verrons bientôt dans le cadre du Rassemblement des Houphouëtistes pour le développement et la paix (RHDP) unifié. Et ce qui est important pour nous c’est la vision du Chef de l’Etat, Alassane Ouattara. Une vision de paix, de réconciliation. C’est pour cela que Concorde se sent concerné par ce qui va se passer à ce Congrès. Nous sommes partie prenante et aujourd’hui je peux dire que nous sommes derrière le Président de la République. Les Ivoiriens, que ce soit ici en Côte d’Ivoire ou en France aspirent tous à la Paix et à la réconciliation. Alors quand il y a un parti qui œuvre dans ce sens, on ne peut que le suivre sans hésiter. Et Concorde se sent avec le RHDP en famille. Une grande famille politique qui va gouverner le pays.


A peine créé, Concorde va intégrer le RHDP Unifié puis disparaître,  pourtant l’on sait que quand on crée un parti politique, c’est pour briguer le fauteuil présidentiel. Ne trouvez-vous pas cela paradoxal?  


Tous les partis membres de cette coalition politique vont disparaitre. Peut-être pas de façon sociologique. Mais vont disparaitre juridiquement pour faire place au RHDP Unifié. Sachez que nous sommes alignés sur une vision : celle du Président de la République. C’est ce qui fait aujourd’hui le RHDP. On ne pense pas à être phagocyté ou non. Notre préoccupation, c’est d’avoir une grande famille politique. Aujourd’hui dans le monde entier, les partis s’entendent pour se mettre ensemble pour être encore plus forts. Le RHDP sera encore plus fort avec le Rassemblement des républicains (RDR), Concorde, Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI)…


Ce n’est plus un secret pour personne, le PDCI RDA d’Henri Konan Bédié ne fait plus partie du RHDP et pourtant des cadres du plus vieux parti ivoirien ont du mal à opérer un choix véritable. On dit ici qu’ils ont un pied au PDCI et un pied au RHDP. Cela ne va-t-il pas fragiliser le RHDP Unifié ?


Je comprends bien votre préoccupation. Mais aujourd’hui la vision du Chef de l’Etat, ce n’est pas la division. Tout le monde sait que les présidents Ouattara et Bédié sont des « frères ». Ils se connaissent bien et ont longtemps travaillé ensemble. Aujourd’hui, il ne s’agit plus du RDR ou du PDCI, il s’agit du RHDP mais d’un RHDP Unifié. Donc chacun choisit librement le parti qu’il veut. Je suis Concorde mais à partir du 26 janvier 2019, je ne le serai plus. Je serai RHDP. Vous savez, les hommes politiques ivoiriens issus du RHDP sont matures. Je pense que jusqu’à la date du Congrès les uns et les autres vont revoir librement leurs positions.


Vous ne cessez de le dire, le président Ouattara s’inscrit résolument dans une vision de  cohésion sociale. Mais nous constatons que certains de ses collaborateurs n’hésitent pas à durcir le ton face à tous ceux qui tergiversent encore à rejoindre le parti unifié. Quel est votre point de vue ?   


Il faut une clarification! Il faut qu’on sache qui est RHDP ou qui ne l’est pas. Nous sommes dans un parti politique et chacun doit afficher clairement sa position. C’est donc normal que le ministre Adama Bictogo puisse faire ces déclarations. Il faut être honnête dans la vie ! Si vous n’êtes pas  avec nous alors dites le nous clairement.


A vous entendre, on croirait que vous êtes d’accord pour un nettoyage après le 26 janvier ?


Je ne parlerai pas de nettoyage mais de clarifications. Il faut que chacun montre clairement sa position. Et puis de toutes les façons le RHDP est une grande famille, on y vient pas par contrainte. On y adhère surtout par conviction.


Au soir du 26 janvier, on assistera certainement à la naissance du RHDP Unifié, en tant que cadre de Concorde et partie prenante, quelles sont vos attentes vis-à-vis de ce grand parti ?


 C’est un grand parti qui va naître. A partir de maintenant nous devons travailler dans l’intérêt supérieur de la nation en prenant en compte les aspirations des Ivoiriens et Ivoiriennes. Ce n’est donc pas une affaire d’Ouattara, D’Alcide Djédjé ou de Donwahi. Tous les Ivoiriens doivent se sentir concernés par la création et le développement de ce parti.


Certains proches du président de la République parlent d’un 3è. Qu’en pensez-vous ?


C’est le parti qui décide ! Si le parti estime que le président Ouattara est à même de briguer un 3è mandat, il portera encore son choix sur lui.  Mais  il faudra que le président accepte. Aujourd’hui il abat un travail énorme. On voit les chantiers pousser partout ! Nous qui vivons  à l’extérieur du pays et côtoyons des chefs d’entreprises de divers horizons, nos pouvons vous assurer que l’économie ivoirienne est en train d’aller de l’avant. Pour un président ayant la compétence de diriger à bon escient le navire ivoirien, je suis partant pour un 3è mandat.


Le torchon brûle entre les alliés d’hier, Ouattara et Bédié se réclamant corps et âmes de la grande famille des Houphouëtistes. Cela ne présage pas d’une autre grave crise à l’horizon ?


Ces deux frères se connaissent bien. Ils ont toujours vécu dans la grande famille. S’il  y a un qui veut quitter la grande famille,  ce dernier s’irrite contre la sagesse comme l’indique les saintes écritures (Proverbes Chap 18 V 1). En face, les gens s’organisent et nous aussi même si nous avons commencé à nous organiser un peu plus tôt, nous avons besoin de toutes les composantes pour former un bloc solide. Le président Ouattara a fait mains et pieds pour faire comprendre à nos frères du PDCI le bien fondé d’être uni au sein d’un seul et même parti. Ce n’est pas une contrainte ! C’est une décision sage qu’ils doivent prendre ! Aujourd’hui, nous c’est la paix et la réconciliation. Si vous n’êtes pas avec nous vous faites quoi alors ?


Le procès de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo semble aboutit sur un acquittement pur et simple. Si tel est le cas, nous risquerons de  retrouver avec  la même configuration de la Présidentielle de 2010. Ne craignez-vous pas le pire ?  


Je ne le pense pas d’ailleurs ! La Côte d’Ivoire n’a pas intérêt à vivre ce qu’elle a vecu en 2010. Vous savez nous avons été beaucoup aidé pas les Européens, par l’ONU, mais aujourd’hui chacun a ses problèmes. Si on veut réitérer le même scénario de 2010 qui viendra nous aider ? Il faut que les Ivoiriens sachent que chacun de nous doit être raisonnable. Je crois à la conscience des responsables politiques qui doivent faire prévaloir  le véritable débat politique. Nous au RHDP, nous sommes travaillé à cela. C’est pourquoi lorsque vous écoutez nos différents responsables, vous entendez les mots paix et réconciliation.


Propos recueillis par Carlverth K,