AMNESTY INTERNATIONAL Côte d’Ivoire vient de publier un rapport accablant

AMNESTY INTERNATIONAL Côte d’Ivoire vient de publier un rapport accablant

Le rapport alternatif  d’Amnesty International relative à l’Examen périodique universel (EPU)  publié ce lundi 11 Février 2019, lors d’une conférence de presse animée par François Patuel, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International et Kokou Hervé Delmas ,Directeur Exécutif cote d’ivoire, pour fait le point de 4 années d’investigation et d’enquête  sur le cadre national de protection des droits humains ainsi que la situation de ses droits sur le terrain et formule 44 recommandations pour l’amélioration de la situation .


L’intitulé de ce rapport est  « La Cote d’ivoire la situation des droits Humains  demeurent fragile ».   Francois Ptuel en faisant l’analyse de cette situation, soutien que derrière cette image protégée de stabilité et de réussite économique,   la côte d’ivoire reste hantée par  trois démons qui sont :la répression de la liberté d’expression, les condition de détention  inhumaine qui aboutissent a de nombreux décès  mais aussi de nombreux cas de torture en détention, l’impunité qui régime encore aujourd’hui notamment pour les violations des droits humains commis pendant la crise électorale de 2010-2011 .


Depuis 2014, 17 journalistes et blogueurs se sont fait arrêté pour exprimer une opinion et ont été libérés sous caution car les charges retenues contre eux n’ont pas été levé, d’où leur poursuite peuvent être fait à tout moment. Une surpopulation carcérale de 16000 détenus dans des prisons qui ont des capacités de 8000 détenus. Ce qui entraine  152 décès enregistrés pour des raisons d’hygiène.  Le rapport relève que 5800 personnes se trouvent en détention provisoire dans des centres non officiels, y compris à la DST.


Selon le conférencier, la justice est biaisée, la liste de 800 personnes amnistiés n’est pas connue, personne ne peut avoir accès à cette liste, d’où le manque de transparence des autorité à ce sujet n’est pas à rassurer les organisations.


 Quant à Kokou Hervé, il a présenté les recommandations. En outre il a signifié que depuis 2012 ,AMNESTY INTERNATIONAL , est interdit d’accès aux prisons en côte d’ivoire et le ministère de la justice refuse tout dialogue avec eux. Par ailleurs cela se fait avec  les autres institutions et autorités ivoiriennes. «  Dès demain les audiences avec les autorités, les ambassades et les partenaires commenceront pour leurs expliquer ce rapport.


Le rapport d’Amnesty International recense des cas de torture et d’autres mauvais traitements, particulièrement à la Direction de la Surveillance du Territoire (DST), dans les commissariats et les gendarmeries ou lors de manifestations.


Le 8 novembre 2018, le cybermilitant Soro Tangboho, alias Carton noir, a été arrêté de manière arbitraire dans la ville de Korhogo, dans le nord du pays. Il a subi des actes de torture et des mauvais traitements au motif qu’il a diffusé en direct sur Facebook une vidéo montrant des policiers qui, selon lui, étaient en train d’extorquer de l’argent à des motards. Il a été passé à tabac dans les locaux de la police, où il a passé deux nuits avant d’être transféré à la DST.


 


«Alors que se profile l’élection présidentielle de 2020, Les autorités ivoiriennes doivent mettre fin aux arrestations arbitraires et aux actes de harcèlement ciblant des citoyens en raison de leurs opinions jugées critiques et dissidentes, et libérer immédiatement et sans condition ceux qui ont été placés en détention », a déclaré Francois Ptuel de Amnesty International .


Patrick kouamien


 


 





Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Commentaires:

Yao (13/02/2019) Que la communauté internationale qu'il songe à veiller sur une population sans armes. Car nous avons un gouvernement qui va commettre des tueries. Une élection présidentielle mr Dramane ne sera pas gagnant. Communauté, Ce montre ? arrêté ses crimes par tout les moyens. Merci DIEU NOUS GARDE.