Régime juridique de la presse « Les projets relatifs à la nouvelle loi connaîtront très bientôt leur aboutissement » rassure Sidi Touré

Régime juridique de la presse « Les projets relatifs à la nouvelle loi connaîtront très bientôt leur aboutissement » rassure Sidi Touré

Sidi Touré, ministre ivoirien de la Communication et des Médias,  a annoncé ce jeudi 4 avril 2019,  à louverture du séminaire de vulgarisation de la nouvelle loi portant régime juridique de la presse,  à Cocody que, certains projets relatifs à la nouvelle loi portant régime juridique de la presse connaîtront très bientôt leur aboutissement.


«Tous ces décrets ont déjà leurs projets en cours détude. Mon cabinet et moi-même y travaillons et très bientôt connaîtront leur aboutissement », a garanti le ministre, lors de ce séminaire ayant pour thème "les nouveaux défis du cadre juridique de la presse en Côte dIvoire".


Il sagit entre autre du  décret portant organisation et fonctionnement de lAutorité nationale de la presse (ANP), celui relatif à la commission paritaire dattribution de la carte didentité de journalistes professionnels et de professionnels de la communication et le décret  lié au fonds de soutien et de développement de la presse.


Désormais, avec cette nouvelle loi de la presse du 27 décembre 2017, la presse numérique sort  de linformel pour se ranger dans larène de la réglementation, de la régulation et de la professionnalisation


Selon Raphael Lakpé, président de la Autorité Nationale de la Presse (ANP), Déjà son organe de régulation ne se sentait pas mal avec le CNP, mais avec lANP « nous nous sentons encore mieux. l'innovation en la matière, cest lextension du champ dinvestigation de lautorité de régulation qui va de la presse papier à la presse numérique ». 


Cependant, a-t-il précisé,  les sanctions restent les mêmes : « Celles du premier degré sont les avertissements, le blâme, linterpellation. Le second degré, il y a la suspension, sanction pécuniaire et la radiation ». 


Il a ajouté que pour  le premier type, le collège nest pas obligé de se retrouver. C'est le comité de monitoring qui soumet la proposition à la signature du Président. Lequel prend la sanction et en informe les conseillers. Le deuxième type de sanction  oblige le conseil de se réunir pour délibérer et prendre la décision qui simpose. 


Kris Lohdjiboua