Lutte contre les maladies tropicales négligées: Les Etats-Unis soutiennent les efforts du gouvernement dans le contrôle et l’élimination

Lutte contre les maladies tropicales négligées: Les Etats-Unis soutiennent les efforts du gouvernement dans le contrôle et l’élimination

Le Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis Mme Katherine Brucker a participé le lundi 8 avril 2019, à Tiébissou, au lancement de la 4ème édition de la campagne de traitement de masse contre les maladies tropicales négligées.


Les Etats-Unis à travers l’Agence des Etats-Unis pour le Développement international (USAID) sont engagés au côté du Gouvernement Ivoirien à soutenir les efforts dans le contrôle et l’élimination des maladies tropicales négligées.


En effet, la population entière de Côte d’Ivoire, soit tous les districts sanitaires du pays, est à risque de contracter une ou plusieurs maladies tropicales négligées. 


Les filarioses lymphatiques, les géo-helminthiases, l’onchocercose, la schistosomiase et le trachome perpétuent le cycle de la pauvreté et représentent un véritable problème de santé publique.


Ces maladies tropicales négligées entraînent des maladies chroniques, la cécité et des défigurations physiques, contribuant ainsi à la pauvreté, à la malnutrition, au retard du développement cognitif chez les enfants et une faible productivité.  Les maladies tropicales négligées affectent les populations pauvres et vulnérables, particulièrement les femmes et les enfants.


En Côte d’Ivoire, le nombre de personnes dans les districts endémiques à la filariose lymphatique est estimée à plus de 20 millions, soit environ 83,74% de la population générale en 2017. Parmi les 73 districts endémiques, 64 sont co-endémiques pour l’onchocercose.


Aujourd’hui grâce à un nouveau programme dénommé Act to End Neglected Tropical Diseases | West, USAID et FHI 360 continueront sur les acquis du programme End in Africa, financé par USAID, à soutenir le programme national des maladies tropicales négligées afin d’atteindre les objectifs mondiaux d'élimination de ces maladies. L’assistance de l’USAID va contribuer à mobiliser des dons de médicaments.


Au cours des cinq prochaines années, le projet Act to End Neglected Tropical Diseases | West va aider le pays à se conformer aux exigences de traitement de l'OMS pour la filariose lymphatique et le trachome et le soutenir pour assurer des prestations de service durable. Le gouvernement américain soutient la Côte d’Ivoire et les pays endémiques pour le contrôle et/ou l’élimination de ces maladies tropicales négligées ciblées par la chimiothérapie préventive qui est une mesure efficiente de santé publique.


« Je vous encourage à participer massivement à cette campagne, à l’exception des femmes enceintes, des femmes allaitantes de moins d’une semaine et des malades invalides.  Je sais pouvoir compter sur un accueil chaleureux pour votre santé et celle de vos enfants, » a déclaré Mme Brucker.


Note à la rédaction


Les États-Unis d'Amérique, par l'intermédiaire de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et en collaboration avec les ministères de la Santé de 11 pays, ont lancé un nouveau programme quinquennal de plus d’un milliard de Francs CFA (200 millions de dollars) visant à contrôler et à éliminer cinq maladies tropicales négligées en Afrique de l’Ouest.


Ce programme récemment lancé à Accra, au Ghana, renforce les efforts de l'USAID pour éliminer le trachome, la filariose lymphatique, l'onchocercose, la schistosomiase et les helminthiases transmissibles par le sol au Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée, Mali, Niger, Sénégal, Sierra Leone et Togo.


Le programme vise à aider les pays endémiques à maîtriser et éliminer les maladies tropicales négligées ciblées au moyen d'interventions de santé publique éprouvées et rentables. Avec le soutien de l'USAID, le Ghana a éliminé le trachome en tant que problème de santé publique en 2018 et le Togo a réussi à éliminer la filariose lymphatique en 2017. 


Les maladies tropicales négligées touchent des centaines de millions d’Africains de l’Ouest, en particulier les populations les plus pauvres, les plus marginalisées et les plus difficiles à atteindre.