L'OLPCI CÉLÉBRÉ LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FIN DE L’IMPUNITÉ POUR LES CRIMES COMMIS CONTRE LES JOURNALISTES

L’OLPCI CÉLÉBRÉ LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FIN DE L’IMPUNITÉ POUR LES CRIMES COMMIS CONTRE LES JOURNALISTES

 »L’impunité , un frein a la liberté de la presse  » est le thème de cette 5eme journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes celebre ce 2 novembre 2018 au foyer des jeunes de Marcory par l’organisation des journalistes professionnels de cote d’Ivoire (OJPCI). La sécurité des journalistes est au coeur de cette célébration.

A cet effet , le président de L’OJPCI Olivier YRO a fait une déclaration a l’ouverture de cette cérémonie. Dans son discours , il évoque l’utilité de cette journée a l’ensemble des acteurs de la presse et des médias a porter un regard rétrospective des actions menée en vue de la liberté de la presse et des crimes commis contre les journalistes et aussi de profiter de cette journée à << tracer les voies et moyens pour une presse plus libre et protéger.>>

Pointant a la 82eme place du classement de reporter sans frontières RSF , la cote d’Ivoire n’est pas en reste contre les crimes commis contre les journalistes , en effet Olivier yro révèle que selon les statistiques l’on dénombre quatre (4) journalistes tuées en cote d’Ivoire et un disparu. De plus on recense des cas d’agressions, de violence , d’intimidation a l’encontre des journalistes ivoirien dans l’exercice de leurs profession comme le cas de Olga Ottro.

Au titre des recommandations, olivier YRO souligne la satisfaction des journalistes ivoiriens et du monde de l’adoption d’une résolution sur la sécurité des journalistes lors de la convention de l’ONU en septembre , mais celui-ci déplore de la non application de ladite résolution par certains États .

Aussi olivier YRO invite a une synergies des actions des journalistes et des organismes internationaux dans le but d’interpeller les magistrats et les forces de l’ordre a plus d’égards pour cette corporation dans l’exercice de leurs metier en vue limiter et de punir les cas de crimes a l’encontre des journalistes.

Enfin , il exhorte << les autorités ivoiriennes à s’inscrit dans la dynamique de cette conventions internationale afin de garantir la sécurité de ceux qui veillent sur la démocratie.>> a affirmé olivier YRO.

La mairie de MARCORY par la voie du représentant du maire le De Guillaume N’guessan a tenu a affirmé le soutient de la mairie dans le cadre de cette célébration et en guise de démonstration il a offre la somme de 200 000 FCFA aux organisateurs.

Quant au représentant du ministre de la communication et des médias , Mr Adou Jean Martial il a évoque le rôle des journalistes dans la société et de souligner les cas de crimes dont ils font l’objet et pour remédier a ces cas , il met en évidence les actions et lois entrepris pas le gouvernement comme la loi sur le principe de dépénalisation des crimes et actes commis par les journalistes.

Prenant sa suite la représentante pays de l’UNESCO a souligné le soutient de cette institutions au cote des journalistes et leurs a invite a participé a la publications d’articles portant sur les crimes commis contre les journalistes

Un panel s’est tenu sur le thème condition sécuritaire de la journalistes reporter en cote d’Ivoire: quelles garantie ? Ou il étais question d’un partage d’expérience des femmes reporter .

A noter que cette journée est initié par l’UNESCO en hommage aux journalistes français Claude verlon et ghislaine Dupont assassiné au mali a Kidal le 2 novembre 2014 .

djamal akinbola