MÉCANISME REDD+ DANS LA RÉGION DE LA ME : des certificats fonciers délivrés sur 3 500 hectares.

C’est la ville d’Adzopé dans la région de la ME qui a abrité la deuxième session de sensibilisation des parties prenantes sur le changement climatique et le mécanisme REDD+ le mercredi 24 octobre 2018.

Au nom du Préfet de Région de la Mé, Préfet du département d’Adzopé, le Secrétaire Général de la Préfecture d’Adzopé, KOKORA Patrice Antoine a énuméré les causes directes du changement climatique au nombre desquelles figurent : les mauvaises pratiques culturales, l’exploitation irrationnelle des ressources forestières, la pratique des feux de brousse et l’orpaillage clandestin.

Vu que tous ces éléments contribuent réchauffement de la planète, M. KOKORA Patrice Antoine souhaite que nous adoptions des modes de vie allant dans le sens de la préservation de l’environnement et de notre cadre existentiel.

Les activités humaines sont principalement à la base du changement climatique, indique M. Jonas ASSAMOI, Chargé du suivi-évaluation au Secrétariat exécutif Permanent de la REDD+. Parmi ces activités, l’on compte : la fumée des industries et des voitures, l’agriculture sur brûlis, la production de charbon de bois.

Le Secrétariat Exécutif permanent de la REDD+(SEP-REDD+) a initié plusieurs projets dont le projet pilote REDD+ de la Région de la Mé indique le Point focal du Projet REDD+ de ladite région au SEP-REDD+,M. Zana OUATTARA.

Ce projet articulé autour de certains axes stratégiques de la REDD+ s’attaquent à des causes directes de la déforestation en Côte d’Ivoire (l’agriculture extensive, l’exploitation forestière illégale, l’utilisation du charbon de bois comme source d’énergie) et à des causes indirectes de la déforestation (l’insécurité foncière, l’absence de schéma d’aménagement du territoire ou de Plan de Développement Local).

Dans le cadre de ce projet, plusieurs activités ont été menées pour la sécurisation des droits fonciers, l’amélioration des revenus des producteurs à travers la vulgarisation de bonnes pratiques agricoles, la restauration du couvert forestier (reboisement et éclaircies des plantations forestières) poursuit.

Sensible à la déforestation et au réchauffement climatique que subit la Côte d’Ivoire, le groupement ivoirien de reboisement et d’entretien des forêts (GIREFOR) s’est engagé au mécanisme REDD+ à Adzopé à travers le reboisement, confie son Président. Dans le cadre du projet REDD+ de la Mé , l’ONG a reçu une subvention de 6 500 000 F CFA ainsi qu’une assistance technique confie M. AMON Adja Jean Renaud avant d’ajouter que l’ONG a créé une plantation de reboisement de 2,5 hectares au centre-ville de Bieby ; parallèlement, l’Organisation dispose de plantations de manioc et pratique l’élevage.

Après cette session, une caravane REDD+ a sillonné la ville d’Adzopé afin de sensibiliser les populations sur le mécanisme REDD+.
Dans le cadre du mécanisme REDD+, la Côte d’Ivoire bénéficie de l’appui de plusieurs Partenaires Techniques et Financiers dont la Banque mondiale, le programme ONU-REDD, la facilité REDD de l’Union Européenne et l’Agence Française de Développement dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement.

Notons que ,avec près de 16 millions d’hectares de forêts dans les années 1900, la couverture forestière de la Côte d’Ivoire est estimée à environ 3,4 millions d’hectares en 2015 (SEP-REDD+, 2015).

Patrick kouamien